Mycoses vaginales : le guide ultime 1/2 | Comment les soigner

Sensations de brûlures, de démangeaisons ? Ou simple inconfort et picotements ? Aujourd’hui je vous parle d’un sujet un peu délicat, et qui pourtant touche de très nombreuses femmes : les mycoses vaginales, ou infections vaginales. On estime que 75 % des femmes auront au moins une mycose vaginale avant la ménopause, 40 à 50 % des femmes en auront 2 ou 3 dans leur vie et 10 à 20 % des femmes souffrent de mycoses récidivantes*. Autant dire que la grande majorité d’entre nous sera un jour ou l’autre concernée par ce problème.

Pourquoi je recommande les médecines naturelles pour soigner la candidose

Je suis de manière générale assez portée sur les médecines naturelles. D’une part parce que j’ai souvent vu les limites de la médecine dite « conventionnelle » ; d’autre part parce qu’utiliser la chimie pour me soigner ne m’enchante guère, vu les effets secondaires qu’elle peut engendrer, d’autant que des remèdes naturels adaptés peuvent être autant voire même plus efficaces que les médicaments. Dans le cadre de la candidose, je pense sincèrement que le meilleur moyen d’en venir à bout est de passer par les médecines naturelles.

Oubliez le régime anti-candida !

Vous en avez sûrement entendu parler : la mise en place du fameux régime anti-candida est en général présenté comme la clé de voûte du traitement de la candidose. C’est un régime qui peut vite faire peur car il est très contraignant : d’une part il est difficile de s’y retrouver avec tous les aliments à éviter, et d’autre part on a l’impression que l’on enlève une très grosse partie du plaisir de manger avec l’élimination des sucres. Pour moi, ce régime n’est pas une bonne solution et ne devrait pas être suivi tel qu’il est généralement présenté. Alors quel est ce fameux régime et faut-il vraiment respecter ces règles alimentaires ?

Comment diagnostiquer une candidose

Beaucoup de thérapeutes vous le diront, la médecine conventionnelle sait très mal diagnostiquer la candidose. Cet article commence bien, vous allez me dire ! Non non, pas de panique, on ne va pas se laisser abattre pour autant. On a quand même quelques solutions, que je vous propose de découvrir ici en un rapide tour de la question.

Pourquoi je suis passée aux soutiens-gorge sans armatures

  Le port du soutien-gorge est remis en question depuis quelques années. J’avoue que je me suis pas trop penchée sur le sujet… jusqu’à ce que ma mère me dise il y a un an qu’elle avait arrêté de porter des soutiens-gorge avec armatures à cause d’une histoire de kystes.   Les soutiens-gorge, inoffensifs ?   Elle m’a raconté qu’elle avait auparavant des kystes sur le côté des seins, là où appuient le bout des armatures. Suspicieuse, elle avait demandé à sa gynéco si les soutiens-gorge pouvaient en être la cause, et sa gynéco lui avait quasiment rit au nez en lui disant que ça n’avait rien à voir. Ma mère n’ayant pas 100 % confiance en les médecins « conventionnels », elle était passée à ce moment-là aux soutiens-gorge sans armatures. Un an plus tard, les deux kystes avaient disparu et ils ne sont jamais revenus.

Hello !

Hello !

Je m'appelle Anaïs, je partage sur ce blog mes connaissances et expériences personnelles concernant la candidose (et les mycoses). Vous trouverez également des recettes anti-candida, notamment des recettes sucrées… sans sucre ! Je parle également de cosmétiques naturels, de médecines douces, de bien-être… Bonne visite !

Anaïs

Ne ratez aucun article : abonnez-vous !

Archives

Catégories

×