Le no-bra… incognito

Posted in Santé, Un peu de tout
no-bra incognito

Autour de moi, de plus en plus de femmes témoignent de leur envie de se passer de soutiens-gorge, sans pour autant oser sauter le pas. Lorsque je dis que j’en porte quasiment plus et qu’on ne le voit pas, les réactions sont toujours à la fois surprises et curieuses. Car se passer du soutien-gorge est facile, en soi, c’est le fait d’assumer les tétons apparents qui est souvent le plus gros blocage. Pour ma part, je ne suis pas encore prête à sacrifier mon confort social pour le confort de mes seins : je ne porte pas de soutiens-gorge, mais je ne veux pas que l’on voie pour autant mes tétons.

Entendons-nous bien : je suis à 100 % en faveur du mouvement #freethenipple, qui s’attaque à l’inégalité de traitement concernant la poitrine des hommes et des femmes. Il est injuste et sexiste de considérer que montrer en public la poitrine et les tétons de l’homme est acceptable, tandis que ce ne l’est pas pour la femme (car on lui attribue un caractère sexuel). Encore une fois, cela fait peser sur la femme des contraintes que ne connaît pas l’homme, car elle doit déployer des artifices pour cacher les tétons (qui est la partie des seins jugée « indécente »).

Ceci dit, j’estime que chacune fait ses choix en fonction de ses valeurs, de ses envies et de ce qui est confortable ou non pour elle. Que l’on considère le fait de cacher ses tétons comme une étape ou que l’on choisisse de s’arrêter là sur le chemin du no-bra (le fait de ne pas porter de soutien-gorge), pour moi ce n’est vraiment pas important. D’ailleurs je n’apprécie pas du tout la culpabilisation que font porter certaines personnes féministes sur les femmes qui continuent à cacher leurs tétons. Le féminisme, pour moi, c’est d’abord se serrer les coudes entre femmes ! Après, chacune fait bien ce qu’elle veut.

Mais revenons à nos moutons. J’avais expliqué dans un précédent article pourquoi j’avais d’abord commencé par ne porter que des soutiens-gorge sans armatures (une histoire de kystes dans les seins de ma mère, notamment). J’avais ensuite trouvé des hauts avec coques en mousse intégrées, qui ne maintiennent pas du tout les seins mais se contentent de cacher les formes. Deux ans plus tard, je peux maintenant affirmer que je ne porte quasiment jamais de soutien-gorge (cela doit se compter sur les doigts des mains, en été, et ce sont toujours des soutiens-gorge sans armatures lorsque cela m’arrive). Et ça, sans que personne ne s’en aperçoive jamais.

Mes astuces pour le no-bra en toute discrétion

Les cache-tétons

En été, je porte des cache-tétons lorsque j’en ressens le besoin (au travail, par exemple). Ce sont de petits ronds en silicones auto-adhésif que l’on colle sur le bout des seins. Je les lave avec du savon lorsque je les retire le soir et ils sèchent pendant la nuit. Ils tiennent plutôt bien, les miens commencent seulement à moins adhérer après 2 ans d’usage. On en trouve par exemple à Etam (12,99 €) ou Kiabi (4 €).

Cache-tétons adhésifs

Les débardeurs avec coques en mousse

En-dehors des périodes chaudes, je porte au quotidien des débardeurs avec des coques en mousse intégrées. Ce sont en général des hauts que je trouve au rayon pyjama, que je porte en guise de sous-vêtements. Dans l’article où j’explique avoir abandonné les armatures, je vous montrais deux hauts que j’avais trouvés chez Orcanta, et que je porte toujours. J’ai depuis trouvé un tee-shirt avec coques sur un marché en Ardèche, complètement au hasard, et dernièrement un pyjama chez H&M que je trouve vraiment sympa. Je sais que H&M reste de la fast-fashion, mais j’étais vraiment contente de trouver une pièce « sexy » pour une fois (mes autres hauts ne sont pas toujours très glamour, et j’avoue que ça me manque un peu d’avoir de la lingerie un peu plus sexy).

Haut de pyjama H&M

Un confort incomparable

Au niveau du confort, c’est un vrai bonheur. Absolument rien ne me serre la cage thoracique et mes seins sont complètement libres. J’ai vraiment la sensation de ne rien porter, avec l’énorme avantage que personne ne s’en rend compte (j’aurais beaucoup de mal à assumer mes tétons dans certaines circonstances, surtout au travail). Les trèèèès rares fois où je remets un soutien-gorge (sans armatures, bien sûr), j’ai vraiment beaucoup de mal à le supporter. Bref, vive le no-bra !

→ Et vous, comment faites-vous ? Soutien-gorge ou non ? Tétons apparents ou non ?

→ Au sujet du no-bra, je vous conseille la lecture de deux très bons article de Gala : No-bra : pourquoi je ne porte plus de soutien-gorge, et Le no-bra pour s’émanciper de l’hypersexualisation de la poitrine.

Cet article vous a plu ? Épinglez-le !

No-bra incognito Pinterest

Previous Post

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi…