Tea time #2

Posted in Lifestyle
Tasse de thé

 

Bonjour mes Chouettes, comment allez-vous ? Comme promis, je reviens avec un deuxième Tea time plus décontracté et propice au bavardage. Comment s’est passé votre été ? De mon côté ça a été assez intense, surtout au moins d’août.

 

Chouette interlude

 

Je me suis tout d’abord beaucoup renseignée sur les zèbres : alors non, je ne vous parle pas de celui qui court dans la savane mais des surdoués, ou personnes à haut potentiel intellectuel. J’ai découvert que plusieurs personnes de mon entourage l’étaient et j’ai voulu en savoir plus sur leurs caractéristiques.

Transmissions neuronales accélérées, pensée en arborescence, hypersensibilité… Loin des idées préconçues, un zèbre n’est pas forcément le petit génie ou le premier de la classe que l’on imagine. C’est une personne au mode de pensée et de fonctionnement spécifique qui peut être très brillant dans son parcours scolaire et professionnel ou au contraire maladapté et qui cumule les échecs. Pour en savoir plus sur le sujet, je vous conseille les excellentes vidéos de Une psy à la maison.

Ces découvertes ont été un électrochoc pour moi. Je ne sais pas si je suis zèbre ou non et d’ailleurs peu importe. En revanche j’ai découvert que ces personnes ont un cerveau en ébullition en permanence et que c’est le fonctionnement physiologique même de leur cerveau qui le provoque. Je me suis reconnue dans le fait de toujours tout sur-analyser, ressasser et d’être dans la quasi-impossibilité d’arrêter ce flot continuel et ça m’a fait un bien fou.

Jusque-là j’avais l’impression que ce n’était pas normal d’être ainsi et que je devais trouver le moyen de changer ça. Du coup quelle déculpabilisation incroyable de découvrir que certaines personnes sont intrinsèquement faites ainsi et qu’il faut simplement l’accepter et apprendre à vivre avec ! Bref, je continue de me renseigner sur le sujet avec toujours autant d’entrain. 🙂

 

 

Dans un autre style, j’ai lu un article passionnant sur les styles d’attachement amoureux qui m’a scotchée. En gros, il explique qu’il existe trois types d’attachement : le sécurisé, l’anxieux lié à la peur d’abandon et le fuyant lié à la peur de l’engagement. Ce fut le deuxième électrochoc de l’été : je me suis reconnue à la fois dans le profil anxieux et dans le profil fuyant et j’ai enfin compris d’où venaient certains de mes comportements amoureux que je n’arrivais pas à comprendre. J’aimerais vous faire un article dessus prochainement parce que je pense que ça pourrait être utile à pas mal de gens.

 

Chouette interlude

 

Sinon vous l’avez vu si vous me suivez sur les réseaux sociaux, j’ai passé deux jours début août au lac d’Aiguebelette, en Savoie. Toujours dans le but de sortir un peu de ma zone de confort, j’avais envie de refaire du camping et d’essayer le canoë sur le lac. Alors je sais, ce n’est quand même pas fou comme aventure, mais j’étais jusque-là très frileuse par rapport au camping. Au final c’étaient deux jours super, dans un cadre magnifique !

 

Lac d'Aiguebelette

 

 

Le Mas Bleu

 

Je suis ensuite partie une semaine avec mes parents et deux amis à eux en Ardèche, près de Joyeuse, un peu au nord de Vallon-Pont-d’Arc. Nous avons loué un gîte au Mas Bleu… Mama Mia, l’endroit était à tomber ! Des hôtes très accueillants et d’une gentillesse incroyable, un mas rénové avec goût où tous les recoins invitent à la détente (un fauteuil par-ci, une petite table avec deux chaises par-là, des chaises longues plus loin…), une grande piscine, un énorme jacuzzi et cerise sur le gâteau, un hammam. Autant vous dire que c’était détente et repos !

 

Ardèche

 

Au fil de nos envies nous avons fait les marchés locaux, une descente à canoë sur l’Ardèche, une balade à vélo dans les villages voisins… Nous avons aussi visité la caverne du Pont-d’Arc, ou grotte Chauvet, et ça a été incroyable. Même s’il s’agit d’une reconstitution l’émotion nous étreint tellement la copie est époustouflante. Imaginez que les dessins datent de – 36 000 ans par rapport à aujourd’hui (les peintures de Lascaux datent d’il y a environ – 18 000 ans, pour donner un ordre d’idées), que les peintures sont d’une ancienneté, d’une richesse et d’une diversité quasiment unique en Europe ! Le site est en plus super bien fait avec beaucoup d’animations pédagogiques adaptées à tous les publics ; on peut facilement s’y immerger pendant une demi-journée voire une journée entière. Bref, si vous passez dans le coin c’est une visite à ne pas manquer.

 

Autre visite vraiment marquante, le village de Labeaume. Labellisé Village de caractère, nous avons adoré découvrir ses ruelles pavées, ses maisons en pierres accrochées à la falaise escarpée, le petit pont qui traverse la rivière et le belvédère de l’autre côté qui offre une vue imprenable sur le village (qui n’est pas celle de la photo !).

 

Labeaume

 

Chouette interlude

 

Ces vacances ont été l’occasion de côtoyer un peu plus mon père et m’a fait beaucoup réfléchir sur ma relation avec lui. Celle-ci est très compliquée depuis l’adolescence et disons qu’avec les années, pour avoir un semblant d’entente on a compris qu’il valait mieux ne pas se voir trop souvent et ne pas s’engager dans trop de conversations. C’est nul, je sais, mais c’est mieux que de s’engueuler en permanence.

Pendant cette semaine avec lui, j’ai bien senti qu’on faisait tous les deux des efforts pour ne pas déclencher de conflits, dans une sorte de paix maîtrisée et, ma foi, un peu artificielle. Quand à une ou deux reprises ses barrières ont lâché et qu’il a dit des choses blessantes, j’ai vu que ça m’atteignait toujours autant. Mais j’ai aussi noté une grande différence : une partie de moi était spectatrice de la scène et ressentait de l’empathie pour lui. Je me disais que cette réaction masquait tel besoin, et qu’il ne connaissait pas d’autre moyen pour l’exprimer. Du coup même si sur le moment j’essayais d’étouffer ma colère (car lui voler dans les plumes n’aurait rien donné de constructif), l’orage passait beaucoup plus vite. J’étais fière !

 

 

Le point noir du mois d’août, c’est que j’ai fait des insomnies quasiment en continu et que j’ai été hyperphagique à fond. Ce qui m’a surtout fait peur, c’est de voir que j’étais plus fatiguée au quotidien que mes parents ou leurs amis retraités ! Du coup j’ai pris la décision de retourner voir une naturopathe pour enfin trouver une solution à ces problèmes et me refaire une santé. Ce n’est pas normal d’être épuisée depuis 10 ans et d’avoir une candidose depuis 8 ans. C’est parti, je recommence à vraiment chouchouter mon corps !

 

Chouette interlude

 

Objectifs pour septembre :

  • me reposer un maximum pour calmer mes compulsions alimentaires ;
  • continuer à reprendre le sport en douceur pour me défouler et m’aider à avoir un bon sommeil ;
  • continuer également à cuisiner et tester de nouvelles recettes pour maîtriser mon assiette tout en me faisant plaisir.

C’est très axé sur le corps, mais je crois qu’il en a besoin, le pauvre !

 

4 septembre 2017
Previous Post Next Post

Leave a Reply

Vous aimerez aussi…