J’ai testé l’épilation au laser !

Posted in Beauté
J'ai testé l'épilation au laser

 

Il y a deux ans, je me suis lancée dans une épilation au laser. Je ne supportais plus de passer une demi-heure toutes les deux semaines pour passer un épilateur électrique sur mes jambes et de prendre rendez-vous toutes les deux semaines chez une esthéticienne pour me faire faire le maillot. Du coup lorsque j’ai eu quelques économies, j’ai décidé de me payer une épilation au laser.

J’ai voulu faire les choses en grand : je souhaitais faire les demi-jambes et le maillot, et mon institut proposait un forfait correspondant avec les aisselles gratuites. Je me suis donc lancée et j’ai fait le traitement en deux fois, à l’hiver 2015 et l’hiver 2016. Après un recul de quelques mois, je me suis dit que j’allais vous faire un petit retour. C’est parti !

 

Le principe de l’épilation laser

L’épilation au laser est une épilation dite de « longue durée » et non pas définitive : en effet, un changement hormonal peut entraîner la repousse des poils par exemple. Cependant, elle permet une diminution drastique du nombre de poils et une réduction de leur diamètre au fur et à mesure des séances. Différents types de laser existent maintenant pour convenir à toutes les peaux : blanches, mates ou noires ; le tout étant de bien se renseigner sur la qualité du matériel utilisé car l’efficacité du traitement tient pour beaucoup à la qualité de la machine.

Pour ma part, c’était une machine spécialisée pour les peaux blanches avec des poils foncés, c’est donc de ce type d’épilation laser dont je vais vous parler. Le but est d’aller traiter directement le bulbe du poil afin de le détruire et d’éviter toute repousse. Pour cela, le laser envoie une chaleur qui s’accumule le long de la tige du poil et finit par le détruire. L’énergie lumineuse du laser est quant à elle absorbée par la mélatonine, l’hormone qui pigmente le poil principalement située dans le bulbe, et est convertie en chaleur. Grâce à la chaleur considérable produite, le bulbe « explose » et les cellules responsables de la pousse du poils vont être durablement altérées. À la fin du traitement, elles ne pourront normalement plus du tout produire de poil.

 

Précautions

Puisque le laser cible la mélatonine, il est donc rigoureusement interdit d’avoir une peau bronzée (qui est le résultat de la production de mélatonine par la peau pour se protéger du soleil) pour suivre le traitement, sous peine de risques de brûlures. C’est pour cela que les séances se déroulent généralement en hiver, lorsque le bronzage est parti. Il est également strictement interdit de s’exposer au soleil entre les séances, même quelques minutes et même si la peau ne paraît pas bronzée, car le moindre rayon de soleil stimule la production de mélatonine.

 

En France, pour encadrer la pratique et éviter les accidents, les épilations au laser ne peuvent être pratiquées que par un médecin ou sous sa responsabilité.

 

Déroulement d’une séance et du traitement

Une séance de laser commence en réalité… au moins deux heures avant, lorsque l’on applique la crème anesthésiante. Personnellement c’était ce que je détestais le plus dans la séance : il faut en mettre partout, recouvrir les zones de film étirable alimentaire afin de les protéger, se rhabiller et patienter deux heures dans ce costume de momie. C’est pas la mer à boire, mais qu’est-ce que c’est pas pratique ! Au bout de deux heures, la surface de la peau est anesthésiée mais pour ma part (je ne sais pas si c’est toujours comme ça ou non), le moindre frottement un peu plus appuyé que le simple port des vêtements me provoquait une sensation très désagréable, un peu comme une sensation de brûlure assez fugace et à retardement. C’est difficile à décrire mais ce n’est vraiment pas agréable.

Arrivée à l’institut, je me mettais complètement nue et la séance commençait : les aisselles d’abord, le maillot ensuite et enfin les jambes, le tout en une bonne demi-heure voire 45 minutes. Ensuite on me badigeonnait de Biafine et roule ma poule ! Arrivée chez moi je prenais une petite douche puis je remettais de la crème hydratante. Et voilà !

 

Pour un traitement, on compte généralement 7 à 8 séances.  À chaque séance la puissance du laser est augmentée (les réglages sont à chaque fois personnalisés) afin de traiter de plus en plus profondément les bulbes. Il faut en général espacer les séances d’un mois afin que les bulbes aient pu se régénérer et produire à nouveau le poil, et pouvoir ainsi le cibler correctement.

 

Est-ce que ça fait mal ?

Lorsqu’un bulbe explose, ça fait la même sensation qu’un élastique qui claque. Plus le poil est épais et foncé, plus il « claquera » et fera mal, c’est pour cela que l’intensité du laser est augmentée au fur et à mesure : cela ferait trop mal si l’on attaquait tout de suite 100 % des poils à pleine puissance.

J’ai toujours utilisé de la crème anesthésiante pour limiter la douleur et croyez-moi, ce n’est pas de trop ! Certaines zones (aisselles, maillot et zones peu charnues de la jambe) font assez mal. Mais je vous rassure, ce n’est pas du tout insurmontable : c’est un peu comme une épilation à la cire chez l’esthéticienne : on sert les dents lorsque la cire est arrachée et c’est fait ! Et puis après on est vachement contente d’être bien épilée donc on oublie !

Comme la zone a chauffé, à la fin de la séance on a un peu les mêmes sensations qu’avec un léger coup de soleil : c’est sensible mais pas douloureux, sauf si l’on remet de la chaleur dessus (attention à la douche le soir, il vaut mieux utiliser de l’eau tiède que chaude !). Il est également nécessaire d’appliquer de la crème spéciale coups de soleil pour réhydrater et réparer la peau. Personnellement j’avais presque l’impression que la crème anesthésiante était ce qui me donnait le plus des sensations de légères brûlures, mais peut-être que je me trompe.

 

Prix

Ne nous voilons pas la face : l’épilation au laser coûte très cher. Cependant j’ai calculé que cette épilation au laser aisselles + maillot classique + demi-jambes me coûterait l’équivalent de 10 ans d’épilation du maillot (et seulement du maillot !) chez une esthéticienne. Comme j’espère être encore vivante après 35 ans, je me suis dit que c’était un investissement rentable sur le long terme !

 

Résultats

Je vous préviens, les photos qui suivent ne sont pas les plus sexy du blog ! Voici donc un aperçu de ma pilosité actuelle après un traitement complet de 8 séances (7 séances sur les jambes mais comprenant la dernière, la plus puissante). Imaginez des aisselles et un maillot avec beaucoup de poils bien foncés, ainsi que des jambes aux poils très visibles, longs et drus, et vous aurez une bonne image d’où je partais !

 

Laser aisselle

 

Au niveau des aisselles il reste encore quelques poils mais ils restent très discrets. Un coup de pince à épiler et hop, deux minutes plus tard il n’y a plus rien !

 

laser jambes

 

Epilation laser des jambes

 

Pour les jambes, je suis désolée mais je n’ai pas réussi à faire une photo qui montre bien les résultats. C’est la zone sur laquelle le laser a le moins marché car une partie de mes poils a tourné au blond et est devenue insensible au traitement. Ils ne sont pas pour autant invisibles, du coup je dois tout de même utiliser l’épilateur électrique. Heureusement les poils sont plus clairsemés (sur la 2e photo ils sont longs donc on les voit bien, mais il y en a beaucoup moins qu’avant le traitement) et cela me prend moins de temps maintenant.

 

laser maillot

 

Enfin, cette photo montre une partie de mon pubis (ahem, j’ai essayé de montrer en montrant le moins possible ^^). Je dois dire que je suis ravie parce qu’il y a deux ans, cette même photo aurait montré un gros buisson ! Depuis la fin du traitement je n’ai qu’à donner un coup de pince à épiler pendant 30 petites secondes et hop, je suis prête à sauter dans mon maillot de bain ! C’est pour moi la véritable récompense de ce traitement parce que c’est un luxe de ne pas avoir à prévoir un moment dans mon agenda pour aller chez l’esthéticienne.

 

♦ Voilà pour ce petit retour d’expérience. J’ai bien conscience que l’épilation au laser n’est pas à la portée de tout le monde et n’est jamais définitive. Je suis un peu déçue que ça n’ait pas très bien marché sur mes jambes (surtout vu le prix du traitement) mais je dois dire que pour les aisselles et le maillot c’est une vraie liberté et rien que pour cela je suis ravie de ce traitement au laser !

 

 

20 juin 2017
Previous Post Next Post

7 Comments

  • Reply Laura

    Merci pour ton post super bien expliqué et détaillé ! Tous ces éléments me confortent dans l’idée de continuer l’épilation électrique à la maison. J’ai une routine de 3 fois par semaine, ce qui donnedes séances relativement courtes.

    20 juin 2017 at 22 h 43 min
  • Reply Fanny

    Bonjour,
    Il n’y a aucun effet secondaire ?

    12 juillet 2017 at 20 h 44 min
    • Reply Anaïs

      Coucou Fanny,

      Non, il n’y en a aucun ! Toutes les précautions sont prises pour éviter d’éventuelles brûlures, et avec ça il n’y a aucun risque. A bientôt !

      13 juillet 2017 at 9 h 04 min
  • Reply Mimelia

    Merci pour toutes tes explications ! 😀 J’y pense depuis un moment mais je n’ai pas le budget, j’espère prochainement 🙂

    30 juillet 2017 at 20 h 54 min
    • Reply Anaïs

      Franchement je ne le regrette pas, c’est un bonheur !

      4 août 2017 at 10 h 27 min
  • Reply Justine

    ça fait longtemps que j’y pense et ton article m’a convaincue merci. vivement que j’ai assez d’économie.

    4 août 2017 at 8 h 39 min
    • Reply Anaïs

      Tu ne le regretteras pas ! 🙂

      4 août 2017 at 10 h 26 min

    Leave a Reply

    Vous aimerez aussi…